Home / Social / Gabon / vie syndical: La Cosyga organise un atelier de formation
Gabon / vie syndical: La Cosyga organise un atelier de formation

Gabon / vie syndical: La Cosyga organise un atelier de formation

Libreville, Lundi 21 Août 2017 (Gabon Presse) – Le samedi 19 août 2017 s’est tenu un atelier de formation sur le calcul des congés par  le bureau de la Cosyga à son siège.

Le calcul des congés pose beaucoup de problème dans les entreprises et y sont même source de conflits.  C’est pour cette raison que Monsieur Philippe Djouma par le biais de la Cosyga a jugé utile de donner une formation à tous les leaders syndicaux pour mieux maîtriser lesdits calculs dans leurs différentes entreprises et apporter aussi leur concours pour aider les différents employeurs.

Tous les participants ont été ainsi édifiés sur les questions relatives à la détermination des congés, de l’assiette imposable, de la composition du cumul et enfin de la détermination de l’ancienneté.

« On ne peut pas dire que tout le monde ignore tous les droits qui concernent les salaires. Il ya des points d’ombres qu’il fallait éclaircir et ça été tout le sens de cet atelier ». A déclaré le conférencier Monsieur Yves parfait Mouviossi.

Avant d’ajouter « Je crois qu’au sortir de cet atelier, chacun peut effectivement demander ou parler de congés comme s’il était expert. Parce que les points qui ont été éclaircis, étaient personnellement méconnus de certains notamment sur le calcul de l’ancienneté basé sur le pourcentage. Aujourd’hui chacun d’entre nous peut effectivement déterminer le montant exacte de ses congés en fonction de son ancienneté. Et sur le congé principal »

Toutefois, le calcul des congés n’est pas la seule difficulté que rencontre les agents du secteur transport. La méconnaissance de la législation, la gestion des ressources humaines et la question de l’interprétation du bulletin de paie sont encore  autant de problèmes qui se posent avec acuité dans ce secteur.

« Il faut noté que le problème de calcul des congés n’est pas la seule difficulté que rencontre les travailleurs du secteur transport.   Un bon partenaire social, un bon représentant des travailleurs, doit maîtriser non seulement la législation nationale mais aussi les dispositions internationales. C’est ce qui pose beaucoup de problème dans nos entreprises. Comment interpréter un bulletin de paie? Il y a des dispositions règlementaires dans les entreprises dont nos employeurs sont prêt à déroger. La ressource humaine est très mal utilisée au Gabon. Le plan de carrière est faite sur la tête du client et non sur les compétences. Mais pour relever l’économie du pays, il faudrait que la gestion de ressource humaine soit vertueuse. Cela demande à ce que l’on mette la personne qu’il faut à la place qu’il faut. Dans toutes les entreprises que ce soit au niveau de la fonction publique ou dans les secteurs privés ou encore parapubliques parce que les employeurs qui sont nommés; le fait qu’ils sont nommés par le président de la république n’ont de respect pour personne. Dérogeant à toutes les règles, ils font tout ce qui leur passe par la tête » a souligné le secrétaire général de la Cosyga Monsieur Phillippe Djouma.

La COSYGA regroupant ainsi la quasi-totalité des entreprises de la zone portuaire dans le domaine du transport urbain et supra urbain, il est de bonne aloi que les responsables de cette confédération syndicale soient équipés des outils qui leur permettraient de mieux défendre les droits de leur syndiqués.

« Et depuis que nous sommes affilié à l’ITEF, nous sommes entrain de voir comment faire pour que trois femmes prennent part à la conférence de novembre prochain au Maroc. Une autre camarade est déjà partie au Cameroun prendre part à la formation sur la sécurité sanitaire au travail ». A-t-il conclu. Ont donc pris part à cet atelier, tous les syndicats affiliés à l’USPROG qui sont dans le secteur de transport maritime, fluvial, terrestre etc.

Par ailleurs, monsieur Phillippe Djouma appris part à différents  séminaire à l’étranger notamment au Cameroun dans le cadre du conseil général de l’OSTRAC où il était question de mettre en place toutes les dispositions de manière à ce que l’OSTRAC leur puisse avoir sa place au niveau de la cemac et la CEACE pour faire entendre la voie des travailleurs. Mais aussi dans le cadre toujours syndical de sa formation avec l’association camerounaise de droit maritime, au Congo comme l’unique représentant du Gabon. Et récemment, il a été à Pointe-Noire les 20 et 21 juillet 2017, où il a assisté à un colloque international sur le thème ‘’cinq ans d’existence et d’application du code communautaire CEMAC de la marine marchande 2012’’ organisé par l’association congolaise du droit maritime en sigle ACODM avec la collaboration de l’association camerounaise du droit maritime en abréviation ACDM sous le patronage de son excellence Monsieur le ministre des transports, de l’aviation civile et de la marine marchande, Gilbert mokoki. Toute chose qui met en relief le renouvellement de connaissances pour être à même d’apporter les innovations dans notre pays.

« Notre pays en matière de droit maritime a une petite faiblesse législative et les rares dispositions qui existent, il y a beaucoup de confusion. Certaines lois prises récemment de 2009 à 2017 au niveau du secteur portuaire, font des empiètements et des confusions au niveau des dispositions internationales comme la convention de Rotterdam. Il y a beaucoup de confusion simplement parce que ce n’est pas qu’il manque de compétences. Le Gabon en a beaucoup, il y a lieu de les renouveler. Et les partenaires que nous sommes ont besoins d’être suffisamment formé pour mettre en music les dispositions supranationales ratifiées et les dispositions sous régionales notamment par exemple dans le cadre du code communautaire » a-t-il dit.

Au sortir dudit colloque riche en enseignement, l’objectif serait  qu’au niveau du pays nous ayons aussi une association gabonaise de droit maritime. Mais aussi qu’avec l’aide du gouvernement, nous puissions mettre en place une journée dédiée à la mer et qui pourrait être dénommée par exemple journée Mathieu Nguema. Un cadre en effet qui permettrait de discuter de tous les problèmes qui minent ce secteur.

FIN/GABONPRESSE/JM/2017

About Redaction Redaction

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Scroll To Top