Home / Société / Gabon / Transport : La SOGATRA suspend sa grêve.
Gabon / Transport : La SOGATRA suspend sa grêve.

Gabon / Transport : La SOGATRA suspend sa grêve.

Libreville, Mardi 22 Août 2017 (Gabon Presse) – Comme annoncé depuis la semaine dernière, les responsables des deux formations inter-syndical de la SOGATRA ont procédé à la levée du piquet de grève qui paralysait cette structure de transport urbain depuis déjà deux mois en remettant les clefs à ces dirigeants ce lundi 21 août 2017.

Loin d’être une reprise totale de travail, un service minimum sera strictement géré par les partenaires sociaux, ce jusqu’au payement total de la dette de 14 milliards par le gouvernement; seule condition de reprise de travail a annoncé le président de la Sycotech Monsieur Ebienga Saturnin après l’ouverture du portail de la SOGATRA lundi dernier.

S’il est bien vrai que le gouvernement serait prêt à éponger ladite dette, il n’en demeure pas moins qu’une somme aussi faramineuse que 14 milliards ne saurait disparaître ainsi dans la nature sans toutefois laisser de trace. Toute chose qui aiguise désormais la curiosité de plus d’un. Où sont passés les 14 milliards  des cotisations des agents de la SOGATRA depuis 2005? Où est l’argent???

A cette préoccupation toute aussi inquiétante  que curieuse concernant le mago réclamé par la cnss, le président  tente de donner une explication qui aura du mal à nous convaincre.

« les 14 milliards ne sont pas forcément les fonds qui sont tirés dans nos bulletins. Le volet de la cnss c’est un truc à deux volets. Il y a la DTS et le payement. Tant que vous ne déposez pas la DTS, la cnss vous taxe des amandes. Donc vous prélevez, vous versez, c’est bien. Vous ne déposez pas on vous taxe.

 Donc nous aujourd’hui on ne sait pas exactement si les 14 milliards ce n’est que le prélèvement ou c’est aussi les amandes. Là il n’y a que la direction générale qui peut le savoir. Nous ne savons si l’amande est de deux ou trois milliards, seule la direction générale le sait » a poursuivi ce dernier.

Ne sachant exactement où sont passés les 14 milliards, sinon combien exactement se retrouvent entre les mains des vautours et des profito-situationnistes les syndicalistes se retournent vers le gouvernement, qui pour eux est le seul et l’unique responsable par ricochet  de leur malheur. Aussi demande t-il à ce dernier d’intervenir.

« Nous demandons au gouvernement notamment au chef de l’État de faire comme son prédécesseur qui avait pris par devers lui la dette de la cnss de la SOGATRA de 1997 jusqu’en 2005. Retenez bien que la SOGATRA est créée depuis 1997 et que jusqu’en 2005 Omar bongo voyant que la dette était lourde a épongé la dette de toute la majorité des entreprises y compris la SOGATRA. Maintenant depuis 2005 jusqu’au aujourd’hui, rien n’est fait. Et nous demandons, nous réclamons très solennellement au chef de l’État de nous venir en aide ». Va demander le président de la Sycotec avant de réclamer que la justice fasse une lumière sur ces détournements à ciel ouvert au vu et au su de tous.

« il faut qu’on sanctionne les détourneurs parce qu’il y a des ministres qui sont en prison certainement à tort ou à raison. Mais pourquoi l’opération mamba n’est jamais venue à la SOGATRA? Nous déplorons cette opération depuis longtemps. Et pourtant les résolutions de l’audit étaient claires. Mais pourquoi jusqu’aujourd’hui on n’applique pas ça pour que celui qui a mis les mains dans les fonds de la SOGATRA réponde de ses actes. La COSYGA est prête à porter plainte à l’État gabonais quant au prélèvement de nos salaires qui n’ont jamais été reversés ».

Pour que les sociétés para-étatiques comme la SOGATRA démarre normalement, il conviendrait aujourd’hui de faire d’abord le point sur tout ce qui a marché. C’est à dire tous leurs investissements. Est ce que les marchés ont obéi à la loi, c’est à dire à l’appel d’offre? Si jamais ce n’est pas le cas cela voudrait dire qu’il y a forcement une gestion incestueuse avec les différents administrateurs.

Y-a-t-il lieu finalement de changer le mode de désignation de ces derniers; naturellement avec un conseil de surveillance. Si oui comment comprendre que les sociétés d’État qui sont censé renflouer les caisses de l’État se retrouvent encore au point où c’est ce dernier qui les finance?

Sans jeter des pierres à qui que ce soit, le Conseil d’Administration semble être à l’origine des différents détournements de fonds à la SOGATRA pour le simple fait de n’avoir pas jusqu’à présent associé les partenaires sociaux dans sa gestion comme c’est le cas à la cnss. Il doit faire l’objet d’un audit afin de déterminer où sont partis les fonds de la SOGATRA.

Ensuite, ce Conseil d’Administration doit incorporer en son sein un conseil de surveillance car on a l’impression qu’il ne tient compte de rien, fait tout ce qu’il veut avec l’argent du contribuable.

Et pour couronner le tout, la Commission de l’Enrichissement Illicite (CEI) peut-elle nous faire le rapport sur ce qui se passe actuellement dans cette structure de transport urbain, ou doit-on comprendre que cette dernière est gérée à l’image du pays où n’importe qui peut se permettre de faire n’importe quoi impunément. Le silence obscurantiste de la CEI n’est-il pas tout aussi coupable?

FIN/GABONPRESSE/JM/2017

About Redaction Redaction

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Scroll To Top