Home / Actualités / Gabon / Clôture du Conseil Économique et Social: Quelques recommandations pour une sortie de crise.
Gabon / Clôture du Conseil Économique et Social: Quelques recommandations pour une sortie de crise.

Gabon / Clôture du Conseil Économique et Social: Quelques recommandations pour une sortie de crise.

Libreville, Vendredi 22 Septembre 2017 (Gabon Presse) – Ouvert il ya quelques semaines, le Conseil Économique et Social via son vice président monsieur Raphaël Sadibi Bouka a clôturé les travaux de la deuxième session ordinaire de son conseil le jeudi 21 septembre 2017.

C’est au regard des effets néfastes de la crise économique qui sévit actuellement le monde et par laquelle les conséquences sont perceptibles à bien des égards dans notre pays dont l’économie reste tributaire de l’évolution de l’économie mondiale que les membres du conseil économique et social, dont le souci permanent est de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des gabonais, a jugé utile de mener une réflexion afin d’aider le gouvernement à trouver des solutions permettant d’amortir les chocs de cette crise et assurer un développement harmonieux de notre pays.

Pour ce faire, cette réflexion s’est articulée autour de trois thématiques, à savoir: La crise économique et le pouvoir d’achat des ménages; le plan de relance de l’économie; l’impact économique et social de la pollution au Gabon.

S’agissant du plan de relance de l’économie, le conseil économique et social a recommandé au gouvernement de poursuivre la mise en place des mesures visant à: Améliorer la position budgétaire pour la rendre durablement soutenable; ramener le déficit budgétaire à un niveau inférieur à 3% du PIB dans les trois prochaines années; intensifier la politique de diversification de l’économie; prioriser le remboursement de la dette afin de préserver les emplois.

Raphaël Sadibi Bouka

Raphaël Sadibi Bouka

Manifestant sa  satisfaction quant à l’importance du concours financier récemment consenti au Gabon par le Fonds Monétaire International, pour la mise en œuvre de ce Plan de Relance de l’Économie, le CES s’est interrogé  sur l’efficacité de ce Plan dont les missions et actions spécifiques ne sont pas prises en compte dans la loi de finances rectificative 2017. Il a par ailleurs estimé, à cet effet, que le gouvernement gagnerait à exécuter ledit Plan de Relance dans sa globalité avec la prise en compte des programmes trois, quatre et cinq, respectivement axés sur le renforcement de la compétitivité des filières, l’amélioration du cadre des affaires et celle des services dus aux citoyens.

Concernant le thème relatif à la crise économique et le pouvoir d’achat des ménages, tout en appréciant la mesure prise par le gouvernement en matière de lutte contre la vie chère en bloquant les prix des produits alimentaires de grande consommation, le CES recommande également au gouvernement de: Veiller à la stricte application de cette mesure; accélérer le remboursement de la dette, en particulier les instances au Trésor et les arriérés de TVA, afin de renforcer la trésorerie des entreprises et relancer effectivement l’investissement privé; promouvoir l’exploitation et la transformation des produits agricoles de base.

S’agissant en fin de la préoccupation liée à l’impact économique et social de la pollution au Gabon,  des réformes prises par le gouvernement dans la préservation et la protection de l’environnement, notamment à travers la prise des textes et la définition des normes techniques visant à réduire les répercutions néfastes de l’activité humaine sur l’environnement ont trouvé l’assentiment du Conseil, qui a néanmoins relever qu’en dépit des efforts louables en matière de protection de l’environnement, le gouvernement devrait encore aller plus loin en prenant des mesures concrètes pour lutter contre la pollution, en faisant appliquer le principe du « pollueur-payeur » à l’endroit des citoyens et des opérateurs économiques responsables de la dégradation de l’environnement.

« En ces circonstances exceptionnelles où les défis sont énormes mais pas insurmontables, le conseil économique et social, reste confiant quant aux réformes engagées par le gouvernement et l’encourage à mettre en pratique les recommandations issues du séminaire gouvernemental », a déclaré monsieur Raphaël Sadibi avant de conclure par: « Je reste convaincu que ces reformes ouvrent la voie à une amélioration de la situation économique et sociale que le conseil économique et social appelle de tous ses vœux ».

FIN/GABONPRESSE/JM/2017

About Redaction Redaction

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Scroll To Top